Pourquoi créer le laboratoire de l’égalité ?

L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est loin d’être acquise : salaires, statuts, conditions de travail, partage des tâches et des responsabilités, stéréotypes… Le chantier reste immense, malgré des acquis incontestables.

Pour obtenir sans plus attendre la mise en œuvre effective de l’égalité de traitement dans tous les secteurs de la vie économique et à tous les niveaux de décision, nous avons créé le Laboratoire de l’égalité en 2010.

« Nous », c’est-à-dire un groupe de femmes et d’hommes de différentes sensibilités politiques, exerçant des responsabilités dans la vie économique, sociale, universitaire, associative. Tous et toutes impliqué.es dans de multiples réseaux agissant concrètement en faveur d’un meilleur partage des responsabilités citoyennes, économiques et familiales entre les femmes et les hommes.

L’expertise et l’influence des membres fondateurs et fondatrices et du comité d’orientation, ainsi que des réseaux publics et privés dont ils et elles sont parties prenantes (entreprises, associations, centres de recherches, médias), constituent un des atouts de l’association.

Le Laboratoire de l’égalité a déjà prouvé qu’il était une force de rassemblement, d’interpellation des instances publiques et privées et de sensibilisation de l’opinion publique, capable d’émettre des propositions objectives et étayées sur les questions qui déterminent une vraie mixité dans l’univers professionnel et son articulation avec la vie privée (retraites des femmes, rythmes scolaires, congé parental, dépendance…).

Les objectifs
Pour faire avancer l’égalité, trois objectifs prioritaires :

Rassembler les acteurs et actrices de l’égalité professionnelle

Interpeller les décideurs et décideuses économiques et politiques

Sensibiliser l’opinion publique

Le conseil d’administration

Olga Trostiansky

Présidente du Laboratoire de l'Egalité, Directrice générale de Iris Messidor

Après des études de commerce, Olga Trostiansky devient consultante puis travaille dans une société d’assurances. En 1995, elle se lance en politique, en tant que conseillère de Paris. Elle est ensuite adjointe au maire de Paris, Bertrand Delanoë, de 2001 à 2014. Engagée pour la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, elle préside l’Assemblée des Femmes Paris Ile-de-France à partir de 2004. Elle est élue présidente de la Coordination française pour le lobby européen des Femmes (CLEF) en 2008 et cofonde le Laboratoire de l’Égalité en 2010.En février 2015, elle devient directrice de la diversité du Crédit agricole. Elle est nommée conseillère au Conseil Economique Social et environnemental en 2017, en tant que personnalité qualifiée. En 2021, elle devient directrice générale de Iris Messidor.

Corinne Hirsch

Cofondatrice et Vice-présidente du Laboratoire de l'Egalité, fondatrice et dirigeante Aequiso

Diplômée de l’université Paris-Dauphine, d’un DEA et d’un DESS de Sciences-Po et d’un MBA de l’ESCP, Corinne Hirsch démarre sa carrière au service marketing de Yoplait. Elle devient ensuite directrice de clientèle pour LH2 Louis Harris. Elle développe la Fondation des femmes pour la Méditerranée en tant que déléguée générale.
En 2008, elle coordonne le « Baromètre de confiance des femmes cadres », intégré dans le rapport de Brigitte Grésy sur l’égalité professionnelle. En 2009, elle accompagne la création du Laboratoire de l’égalité. Elle est administratrice de PWN-Paris et vice-présidente en charge des think tanks.
Elle fonde et dirige Aequiso, cabinet de conseil, formation et conférences, qui aide les entreprises à maîtriser leur politique de mixité femmes-hommes.

Aline Crépin

Secrétaire Générale du Laboratoire de l'Egalité, Directrice innovation sociale et affaires publiques

Diplômée de NEOMA Business School et d’un DEA au Celsa, Aline Crépin a débuté sa carrière dans l’assistance, avant de rejoindre le groupe Randstad dont elle est aujourd’hui la Directrice innovation sociale et affaires publiques.
Elle anime la Commission Egalité et Diversité de l’ANDRH et le club des labellisés diversité. C’est dans le cadre de cet engagement associatif qu’elle a conduit notamment les travaux des normes AFNOR sur la diversité, et co-conçu et co-animé la sensibilisation des ministres du gouvernement français à l’égalité F/H en 2012.

Annie Batlle

Co-directrice de la collection Égale à égal

Annie Batlle a eu une carrière en entreprise et a occupé des postes de direction dans de grandes organisations privées et publiques. Auteure de plusieurs ouvrages sur le management et le travail.

Patrick Boccard

Consultant

Après avoir dirigé la communication de plusieurs entreprises et organisations publiques et privées françaises et internationales (Association française des banques, American Express, Deloitte & Touche, Cap Gemini Ernst & Young, etc), Patrick Boccard devient consultant indépendant, spécialisé dans la conduite de projets.

Valence Borgia

Secrétaire générale adjointe du Laboratoire de l'Egalité, Avocate

Avocate aux barreaux de New York et de Paris et Counsel au sein du département Contentieux et Arbitrage du bureau de Paris. Elle est co-fondatrice de la Fondation des Femmes, membre des Commissions égalité du Barreau de Paris et du Conseil National des Barreaux, Experte auprès du Conseil des Barreaux Européens (CCBE). Elle a été présidente de l’Union des jeunes avocats de Paris.

Marine Darnault

Directrice adjointe de cabinet auprès du Secrétaire d'Etat à l'Action et aux Comptes Pubics

Diplômée de l’IEP Paris, de l’ESSEC et de l’ENA, Marine Darnault a travaillé dans les secteurs associatif et public : directrice d’un pôle d’EHPAD, représentante du secteur social et médico-social en fédération professionnelle, elle a ensuite rejoint la fonction publique et intégré le Service des droits des femmes et de l’égalité. Ensuite Secrétaire Générale du Musée de l’Armée, elle est aujourd’hui directrice adjointe de cabinet auprès d’Olivier DUSSOPT.

LAURENT DEPOND

Dirigeant de l'Institut de NeuroCognitivisme

Expert des sujets de diversité dans les politiques de ressources humaines, et de l’accompagnement des organisations en mutation, Laurent Depond est pendant 9 ans directeur de la diversité du Groupe Orange. Il rejoint ensuite Valeurs & Développement en 2016 en tant que directeur associé. Convaincu qu’une approche pertinente des sujets de diversité contribue au succès des organisations face aux enjeux de digitalisation, il s’est notamment formé à l’Approche Neurocognitive et Comportementale. Aujourd’hui, il est dirigeant de l’Institut de NeuroCognitivisme.

Jeanne Fagnani

Sociologue

Sociologue, Jeanne Fagnani est directrice de recherche honoraire au CNRS et chercheuse associée à l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES). Elle est également membre du Conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot. Elle travaille essentiellement sur les politiques familiales menées en France et en Allemagne, sur l’articulation vie privée/vie professionnelle et sur la fécondité.

Hana Foughali

Attachée d’enseignement et de recherche, université Sorbonne-Descartes

Issue d’un parcours international avec un diplôme en sciences politiques et relations internationales à l’Università di Parma, et un Master en Sociétés contemporaines : enjeux éthiques, politiques et sociaux à l’Université Paris Descartes – Sorbonne. Aujourd’hui elle occupe un poste d’enseignement et de recherche au sein de l’université Paris Descartes. Sa recherche doctorale porte sur la question des inégalités professionnelles (notamment la question du plafond de verre). Elle assure différents cours universitaires à la Sorbonne ainsi qu’à la faculté de droits de Tours. Elle est aussi co-fondatrice de l’association « EMYA » (European Mediterranean Youth Academy), une organisation à but non lucratif avec un siège en Italie, qui œuvre pour favoriser la croissance professionnelle et académique des jeunes professionnels impliqués dans les questions des droits de l’homme et d’immigration dans la région euro-méditerranéenne.

Muriel Garnier

Déléguée aux Partenariats du Laboratoire de l'Egalité

Elle a été pendant dix-huit ans consultante dans la stratégie et le management des systèmes d’information et la transformation digitale des entreprises et vingt ans Directrice des systèmes d’information dans diverses entreprises.

Marc Germanangue

Directeur pédagogique de l'Institut de l'Engagement

Marc Germanangue est directeur pédagogique et directeur général adjoint de l’Institut de l’Engagement. Il enseigne à Sciences Po Paris et à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est l’auteur de plusieurs livres et a dirigé une collection de manuels scolaires d’éducation civique pour les éditions Belin.

Franck Juvin

Relations internationales pour Mercer

Franck gère les relations avec les clients multinationaux de Mercer. En tant qu’ancien responsable de la practice Diversité Equité et Inclusion en France, il accompagne les grandes entreprises notamment en matière de DEI et de RSE dans le diagnostic de leurs défis, l’engagement des parties prenantes, l’implémentation des solutions et la responsabilisation des acteurs à travers les données, les technologies, les politiques, la culture des entreprises et les comportements individuels

Nils Poussielgues

Responsable du Pôle Research & Business d'Audencia Business School

Nils Poussielgues est responsable du Pôle « Research & Business » chez Audencia Business School. Il pilote également le programme « Comportements et Vulnérabilité Financière ».
Depuis plusieurs années, Nils Poussielgues effectue  des recherches sur la vulnérabilité financière, en particulier sur les comportements financiers, la situation financière des actifs, les aidants familiaux et le départ à la retraite. En 2014, il lance un Observatoire sur « la vulnérabilité financière des Français ». Ses recherches ont pour objectifs d’analyser les besoins et les attentes des personnes, de définir des pistes d’actions et de sensibiliser la société en diffusant les connaissances produites.

Mathilde Tabary

Consultante RH/RSE

Professionnelle de la fonction RH, Mathilde Tabary a lancé et animé la politique Egalité femmes hommes au niveau international au sein du groupe Carrefour et permis ainsi de développer la part des femmes dans l’encadrement, grâce au programme « Women Leaders ». Convaincue de la nécessité de l’engagement de toutes les parties prenantes et des bénéfices du dialogue social, elle a oeuvré pour que soit signé un accord international intégrant l’égalité femmes hommes et la lutte contre les violences de genre. Elle est vice présidente du Comité d’Orientation du Laboratoire de l’Egalité.

Le comité d’orientation

Il réunit une fois tous les trois mois une cinquantaine de chercheur.es et expert.es, ainsi que les membres du Conseil d’Administration. Il a deux rôles principaux : orienter les axes de travail du Laboratoire de l’égalité, et produire les analyses et propositions d’action qui en découlent.

A titre d’orientation, les membres du comité proposent les sujets qui leur semblent d’actualité ou qui vont émerger dans le débat public, et donnent leur avis sur les thématiques de réflexion à développer par l’association en priorité. Chaque thématique est ensuite traitée par un groupe de travail.

Chaque groupe de travail autonome est piloté par un.e référen,t.e et présente l’avancement de ses travaux et les actions précédemment accomplies lors des réunions. Les groupes de travail  actifs à ce jour portent sur les femmes et la retraite, les femmes et l’intelligence artificielle, la lutte contre la précarité des femmes, la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle, le travail domestique, les femmes et le cinéma, les femmes et la politique, l’éducation à l’égalité fille-garçons, les femmes et le sport, les femmes et le développement durable, les femmes et la santé, les femmes et les inégalités salariales.

 

Ses membres

Fabienne Arrighi, Managing Partner

Sophie Bancet, directrice de la communication

Françoise Belet, Déléguée Nationale à l’Egalité Professionnelle Association des Administrateurs Territoriaux de France

Séverine Bellina, experte en gouvernance démocratique

Aude Bernheim, généticienne et co-fondatrice de WAX science

Anne Boye, marketing stratégique, communication et innovation

Agnès Bricard, présidente de Business & Professional Women France

Véronique Clouet, Coordinatrice services sociaux

Hervé Cuillandre, chargé de mission digitale chez Engie

Dominique Darbouret, experte en communication

Véronique Descacq, Secrétaire générale adjointe de la CFDT

Hélène Deckx Van Ruys, RSE, diversité et inclusion

Caroline Diard, enseignante chercheuse en management des RH et Droit

Emmanuel François, responsable de l’engagement sociétal du Groupe Aésio

Sylviane Giampino, psychanalyste, psychologue et présidente du conseil de l’enfance et de l’adolescence du HCFEA

Pierre-Yves Ginet, corédacteur en chef du magazine Femmes ici et ailleurs

Maryse Huet, responsable associative chez Association des auditeurs INTEFP

Huguette Klein, professeure agrégée de mathématiques, présidente de l’association «Réussir l’égalité femmes-hommes»

Alexandra Laffite, déléguée à la protection des données au Ministère de la Culture

Evelyne Laybros-Dubois, associée fondatrice de EL Conseils

Dominique Marchal, secrétaire générale de l’Union départementale CFDT Moselle

Sandrine Meyfret, directrice du cabinet Alomey, sociologue, conseil, executive Coach, conférencière

Eric Motillon, conseil en transformation opérationnelle des organisations

Emmanuelle Myoux, fondatrice de Newing

Béatrice Ouin, syndicaliste, déléguée départementale de l’Association pour le droit de Mourir dans la dignité

Lucile Peytavin, docteure en Histoire et écrivaine

Frédérique Pigeyre, professeure, agrégée de sciences de gestion

Monika Queisser, cheffe de la division des politiques sociales à l’OCDE

Lydie Recorbet, chargée de mission RH & RSE chez ORSE

Muriel Salle, historienne

Emilie Saussine, adjointe au chef du bureau des relations individuelles du travail au Ministère du Travail

Catherine Sexton, coach, consultante, formatrice et professeure en école de commerce et à l’Université de MIAGE

Lucilla Spini, directrice des programmes scientifiques International Council for science

Marie-Jeanne Teillard, responsable formation chez serviceTag

Margaux Terrou, présidente et co-fondatrice de HER’OES and associates

Guillaume Vastel, Conseiller juridique et affaires publiques, SNCF

Catherine Vidal, neurobiologiste

Marie-Christine Villagordo, présidente et co-fondatrice de Human Exponentiel

Flora Vincent, PhD Microbiologiste marine et co-fondatrice de WAX Science

 

Certain.e.s membres du Comité d’Orientation sont également les auteurs et les autrices des livres de la collection Egale à Egal du Laboratoire de l’Egalité.

 

Auteurs et Autrices de la collection Égale à égal

Annie Batlle, Les femmes valent-elles moins cher que les hommes ?, 2014

Claudie Baudino, Le sexe des mots : un chemin vers l’égalité, 2018

Thierry Benoit, Vies de femmes, vies précaires, 2016

Aude Bernheim et Flora Vincent, Intelligence artificielle, pas sans les femmes, 2019

Arnaud Bihel, A la télévision les hommes parlent, les femmes écoutent !, 2014

Patrick Boccard, Les femmes ne sont pas faites pour courir, 2015

Isabelle Collet, L’école apprend-elle l’égalité des sexes ?, 2016

Marlène Coulomb-Gully, Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles, 2016

Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de grands hommes ?, 2016

François Fatoux, Et si on en finissait avec la ménagère ?, 2014

Brigitte Grésy, Le sexisme au travail. Fin de la loi du silence ?, 2016

Patric Jean, Les hommes veulent-ils l’égalité ?, 2015

Yves Raibaud, La ville faite par et pour les hommes, 2015

Brigitte Rollet, Femmes et cinéma. Sois belle et tais-toi !, 2016

Muriel Salle et Catherine Vidal, Femmes et santé, encore une affaire d’hommes ?, 2017

Catherine Vidal, Nos cerveaux, tous pareils, tous différents !, 2015

Françoise Vouillot, Les métiers ont-ils un sexe ?, 2014

 

Synthèse des groupes de travail du Comité d’Orientation

Les groupes de travail les plus actifs en 2021 sont :

 

Aidantes non professionnelles 

Aujourd’hui, 11 millions d’aidant.es non professionnel.les accompagnent un.e proche en situation de dépendance en France. Ce phénomène tend à se développer, en cause, une population vieillissante.Les femmes représentant 57% des aidant.es. Cette activité non rémunérée vient s’ajouter aux charges domestiques et familiales supportées en grande majorité par les femmes, et a des conséquences sur leur santé, leur vie professionnelle, et ensuite leur retraite.Face à ce constat, le Laboratoire de l’Égalité dressera un état des lieux sur les aidantes lors de la journée nationale des aidant.es le 6 octobre 2020. Un pacte sera ensuite élaboré en 2021 afin d’établir des propositions concrètes à l’intention des instances de décision publiques et privées portant sur les enjeux déterminants qui doivent être pris en considération pour les aidantes : la reconnaissance de leur statut, davantage d’aménagements professionnels, le droit au répit.

Contacts : Olga Trostiansky / Nils Poussielgues

 

Femmes et Intelligence Artificielle

On pouvait espérer que le progrès technologique serait neutre et s’accompagnerait d’une réduction des inégalités entre les femmes et les hommes : ce n’est pas le cas. Les algorithmes à la base de l’Intelligence Artificielle (IA), programmés par des humains, traduisent presque automatiquement les préjugés sexistes toujours vivaces dans la société. En outre, l’IA est un secteur largement masculin et les développeurs sont en majorité des hommes. Quant aux bases de données qui alimentent les algorithmes, elles reflètent des situations et des opinions passées ou présentes, souvent imprégnées d’inégalités ou de stéréotypes de sexe, guère porteuses d’évolution. Le Laboratoire de l’Egalité s’inquiète de l’amplification des inégalités entre les femmes et les hommes et de la diffusion des représentations sexistes via l’IA. Le Laboratoire de l’Egalité a publié en juin 2020 son Pacte pour une Intelligence artificielle égalitaire entre les femmes et les hommes.

Contact : Muriel Garnier

 

Projet de lutte contre la précarité des femmes

La précarité touche davantage les femmes que les hommes. Les femmes y sont exposées par de nombreux facteurs qui trouvent leur origine dans le fondement culturel du rôle qui leur est assigné dans la société, y compris au regard de l’emploi. La précarité est donc induite par des causes économiques, sociales culturelles et psychologiques. Le Laboratoire de l’Egalite a lancé en juillet 2020 un Pacte pour lutter contre la précarité des femmes, qui établit des propositions concrètes portant sur le temps partiel, la monoparentalité et l’éloignement de l’emploi. Le but est de permettre aux millions de femmes touchées par la précarité d’accéder à la sécurité psychologique, économique et sociale.

Contact : Lucile Peytavin

 

Inégalités femmes-hommes dans l’insertion professionnelle des jeunes 

Les inégalités entre les femmes et les hommes dans l’insertion professionnelle des jeunes sont nombreuses, et sont accentuées par la crise que nous traversons. Ce groupe de travail, en partenariat avec l’Institut de l’Engagement, se focalise sur plusieurs thématiques : stéréotypes et orientation professionnelle, discrimination à l’embauche, insertion dans le monde du travail, articulation entre vie personnelle et vie professionnelle, et politiques publiques mises en place pour l’insertion professionnelle des jeunes femmes.

Contact : Lucile Peytavin

 

Les actions du Laboratoire vont au-delà de ces trois thématiques et traitent de l’ensemble des sujets liés à l’égalité entre les femmes et les hommes dans le monde du travail.

 

Femmes et retraite

A l’annonce du gouvernement de sa volonté de réformer le système des retraites, le Laboratoire de l’Egalité s’est emparé de la problématique au travers du prisme sexué afin d’alerter les pouvoirs publics et l’opinion publique sur les inégalités qui touchent les femmes. Le 15 janvier 2019, le Laboratoire de l’Egalité à organisé un colloque, « Femmes et retraite : état des lieux, enjeux, perspectives », accueilli par la Caisse des dépôts et en présence de Jean-Paul Delevoye. Il a réuni des expert.e.s de divers domaines (recherche, entreprises, partenaires sociaux, associations) et a fait salle comble. Le système de retraite actuel ne reflète pas seulement les inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes dans les inégalités de pension, il tend à les amplifier. Les montants des pensions dépendent à la fois du montant des salaires perçus par les salarié.e.s et de la durée de leurs cotisations. Ce système est donc plus favorable aux carrières complètes, sans interruption, ascendantes. Actuellement on peut le considérer comme discriminatoire en ce qu’il favorise ces carrières typiquement masculines.

Contacts : Olga Trostiansky / Emmanuelle Myoux

 

Réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle

L’étude approfondie des données sur l’accès à l’apprentissage, à la formation et à l’emploi montre des déséquilibres en défaveur des femmes. Elles sont cantonnées dans des secteurs perçus comme féminins et les formations qu’elles choisissent sont moins qualifiantes. Les inégalités dues à la non-mixité des métiers sont insuffisamment compensées lors des réorientations professionnelles. Pour construire une réforme plus juste, le Laboratoire de l’Egalité a produit 22 propositions très concrètes portant sur l’orientation scolaire qui met à mal la mixité, la question de la mixité femmes/hommes au sein des filières d’apprentissage, l’insertion sur le marché du travail, l’inégalitaire accès à la formation entre femmes et hommes, l’impact des responsabilités parentales et domestiques sur les parcours des femmes, les formations moins qualifiantes pour les femmes et le ciblage des publics éloignés de l’emploi.

Contact : Lucile Peytavin

 

Femmes et professions libérales

Les inégalités femmes-hommes dans les professions libérales réglementées sont criantes bien qu’elles occupent 46% des emplois : 44% d’écart de revenus, concentration des femmes dans les métiers les moins valorisés et les moins rémunérés, très faible part des femmes dans les instances représentatives et quasi absence dans les fonctions exécutives, maternité vécue souvent comme rédhibitoire pour poursuivre dans la profession, etc. En 2015, le Laboratoire de l’Egalité a élaboré, en collaboration avec l’Union des jeunes avocat.e.s, un Pacte pour l’égalité dans les professions libérales réglementées. Les trois mesures phares sont la mise en place d’une politique proactive en faveur de l’égalité et la mixité des métiers, la parité au niveau des organes représentatifs et l’articulation vie privée vie professionnelle des acteurs et actrices.

Contact : Valence Borgia

 

Femmes et politique

Le groupe « Femmes et politique » a été lancé pour soutenir le projet de modification de l’article premier de la constitution en faveur d’une visibilité accrue des femmes et d’une plus grande garantie des droits dans la loi fondamentale. Très vite, notre volonté a été de nous rapprocher des associations et instances qui agissent en faveur de la parité en politique. Le Laboratoire de l’égalité a intégré le groupe de travail sur l’égalité femmes-hommes créé par François BAROIN, président de l’Associaton des Maires de France. Son objectif initial était d’identifier les actions permettant de faire croître la parité et donc que davantage de femmes deviennent maires et présidentes d’intercommunalités. A ce jour, les réflexions s’élargissent pour savoir comment intégrer davantage l’égalité femmes-hommes dans les politiques publiques.

Contact : Catherine Sexton

 

Education à l’égalité

L’ambition du groupe de travail est de prendre en compte toute la chaîne de l’éducation :  de la crèche à l’université pour bâtir un plan d’action en faveur de l’égalité. Les membres s’appuient sur les différents travaux existants du Laboratoire de l’Egalite et des différentes parties prenantes de l’écosystème pour développer une approche transversale. Se relier dans la complémentarité de nos expertises permet de renforcer l’efficacité de nos actions pour accroître la conscience de l’égalité comme valeur de la société dans l’éducation. En novembre 2012, le Laboratoire de l’Egalité a publié une enquête « Egalité femmes-hommes et lutte contre les stéréotypes : Perception et attitudes des Français.e.s ». Les stéréotypes sexistes reculent, mais certains d’entre eux restent bien vivaces, ils sont même parfois présents dès la naissance.

Contact : Huguette Klein

 

Egalité professionnelle

En 2017, le Laboratoire de l’Egalité a publié un guide de l’égalité à destination des TPE PME, en partenariat avec le Ministère du Travail et le Secrétariat d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes « Egalité femmes-hommes, mon entreprise s’engage ». Ce guide a pour vocation de présenter aux employeur.e.s des outils pratiques ainsi que les obligations légales pour favoriser l’égalité dans l’entreprise et lutter contre les stéréotypes. Actuellement, le groupe de travail mène une lecture approfondie du Pacte pour l’égalité (écrit en 2017 pour les élections présidentielles) afin de s’assurer que les 120 mesures concrètes restent d’actualité. En effet, de nouvelles dispositions législatives ont évolué depuis la loi Avenir professionnelle, comme l’obligation pour les employeurs (de plus de 50 salarié.e.s) de publier un « index de l’égalité femmes-hommes ». Par ailleurs, un projet Egalité Professionnelle de plan pluriannuel 2019-2021 s’écrit à Bercy. Le laboratoire de l’Egalité pourrait être force de propositions pour les 25 mesures de ce projet.

Contact : Corinne Hirsch

 

Femmes et Sport

Depuis que le sport est sport, il est dominé par un ordre masculin, créé par des hommes et pour des hommes. Longtemps la femme sera interdite de sport, confinée dans un rôle conjugal, matrimonial et domestique. Il aura fallu de longues décennies de luttes et de combats pour qu’un nouvel ordre émerge, qui ouvrira très progressivement la pratique du sport aux femmes. La situation a évolué, mais l’éco-système du sport n’a pas totalement éradiqué les stéréotypes qui structurent sa culture, son modèle économique, ses instances et ses pratiques. Le monde sportif est marqué par de multiples formes de discriminations qui pénalisent les pratiquantes professionnelles ou amateures dans de nombreux domaines , qu’il s’agisse : formation à l’éducation physique, accès aux infrastructures, entrainement, compétition, rémunération, médiatisation, harcèlement, reconversion, partage des responsabilités dans les instances dirigeantes,. Dans ce contexte, le Laboratoire de l’Egalité considère qu’il est essentiel de favoriser tout à la fois les changements individuels et les évolutions collectives. Une telle ambition nécessite avant tout une adaptation des codes, des règles, des rites et des rythmes du sport aux aspirations et aux contraintes des femmes. Afin de mobiliser toutes les expertises et les énergies disponibles, le Laboratoire de l’Egalité souhaite élaborer un « Pacte pour l’égalité dans le sport », en étroite liaison avec l’ensemble des partenaires concerné.e.s, définissant les voies et moyens d’améliorer l’égalité femmes-hommes dans les institutions et les pratiques sportives.

Contact : Patrick Boccard

 

Femmes et inégalités salariales

Si on compare les salaires des femmes à ceux des hommes – à poste égal, par niveau de responsabilité, par secteur, par métier, par âge, par diplôme – force est de constater que leur valeur sur le marché de l’emploi est moindre. D’un côté de l’échelle des salaires, les femmes qui accèdent à des emplois de bon niveau sont moins payées que les hommes avec des écarts encore plus importants que la moyenne. de l’autre côté, les temps partiels, le sous-emploi, qui concernent surtout des femmes, font sombrer les moins qualifiées dans la pauvreté. L’objectif du Laboratoire de l’Egalité est de démontrer les ressorts de ces paradoxes et de mettre en évidence les bénéfices individuels et collectifs de l’égalité salariale.

Contacts : Betty Hervé / Mathilde Tabary

 

Femmes et santé

En matière de santé, femmes et hommes, ne sont pas logé.e.s à la même enseigne, non seulement pour des raisons biologiques, mais aussi pour des raisons sociales, culturelles et économiques pas toujours prises en compte. Les stéréotypes de sexe, l’un « fort » et l’autre « faible », imprègnent encore les mentalités. Les préjugés liés au genre influencent les pratiques  médicales, la recherche, l’enseignement et aussi le comportement des patient.e.s. Ils conduisent à des situations d’inégalités et de discrimination entre les sexes dans la prise en charge et l’accès aux soins. L’objectif du Laboratoire de l’Egalité est d’éveiller la vigilance des practicien.ne.s et des soignant.e.s pour promouvoir une médecine plus égalitaire au service de la santé des femmes et des hommes.

Contacts : Catherine Vidal / Muriel Salle / Patrick Boccard

 

En fonction de l’actualité, certains groupes de travail assurent une veille continue sur les sujets suivants.

 

L’entreprenariat au féminin

En 2013, le Laboratoire de l’Egalité publie la Charte pour l’entreprenariat des femmes, comprenant 20 propositions. Les différentes études démontrent que le pourcentage d’entreprises créées par des femmes stagne autour de 30% depuis 1998 et ce, en dépit de l’ensemble des dispositifs proposés pour favoriser la création des entreprises par les femmes. Certains secteurs d’activités demeurent encore complètement stéréotypés avec une faible mixité, les femmes ne s’y aventurant pas ou peu (finances, technologie, industrie …). Cette Charte s’articule autour de 5 enjeux majeurs que sont l’utilisation des outils statistiques au travers du prisme sexué, la création d’une culture de l’entrepreneuriat féminin, l’accompagnement du développement des entreprises créées ou reprises par des femmes en leur facilitant l’accès au financement et l’amélioration du statut d’entrepreneures en prenant en compte l’articulation des temps de vie.

Contact : Corinne Hirsch

 

Femmes et développement durable

On constate que les inégalités environnementales frappent plus durement les femmes  que les hommes tandis que l’évolution du système socio-productif de ces dernières années les fragilise. Les stratégies de transition écologique qui se mettent en place peuvent être favorables aux femmes et corriger les inégalités à condition qu’elles soient accompagnées de mesures complémentaires.Les femmes sont les premières victimes du changement climatique, mais elles peuvent être aussiun levier pour un autre mode de développement plus durable, plus social, plus axé sur les approches de long terme, sur la qualité de vie, et l’éducation des enfants. De nouveaux indicateurs s’avèrent nécessaires pour évaluer la participation des femmes à l’amélioration ou à la préservation de l’environnement, et ce faisant à un développement plus durable.

Contact : Maryse Huet

 

Femmes et Cinéma

Le cinéma est une usine à rêves. A rêves masculins..Lorsqu’elles arrivent à pénétrer ce ghetto masculin, productrices, réalisatrices, actrices font face à de nombreuses discriminations : budgets moins élevés, cachets inférieurs, accès à des genres cinématographiques plus restreints et pour les actrices, carrière menacée dès les premières rides sur l’écran. Le Laboratoire  de l’égalité participe à de nombreuses actions qui mettent en valeur ces inégalités et proposent des solutions pour les faire diminuer.

Contact : Brigitte Rollet

L’équipe permanente
  • Mathilde Haulon, coordinatrice
  • Eva Rajerison, chargée de mission
  • Louise Jousse, chargée de mission
  • Emma Michelet, chargée de mission
Nos partenaires

Pour poursuivre ses objectifs et mener à bien son programme d’action, le Laboratoire s’appuie sur des financements d’entreprises partenaires, qui se sont donné des objectifs chiffrés de progression en matière d’égalité femmes-hommes.
Vous souhaitez devenir partenaire ?

Capture d’écran 2020-07-22 à 16.51.02
Capture d’écran 2020-07-22 à 16.45.05
Capture d’écran 2020-07-22 à 16.40.34
Le réseau

Le Laboratoire de l’égalité s’appuie sur un réseau de plus de 1500 personnes, œuvrant pour l’égalité entre les femmes et les hommes et la justice sociale. Tous et toutes, quelle que soit leur sensibilité politique, sont déterminé.e.s à mobiliser des moyens pour obtenir une mise en oeuvre effective de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Les membres sont issu.e.s de différentes sphères : associations, entreprises, réseaux de femmes, fonction publique, syndicats, monde politique, enseignement, recherche, médias, blogosphère, etc.