Rencontres et événements

  • Colloque Rythmes scolaires et égalité

    A l’occasion de la réforme des rythmes scolaires, le Laboratoire de l’égalité organise le 27 mai 2013 à l’Assemblée nationale un colloque traitant de l’impact de cette réforme sur l’activité professionnelle des parents, et plus particulièrement des mères. Avec des intervenant-es de tous horizons, issu-es du monde éducatif, du monde politique, de la recherche et des entreprises, et une introduction de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes.

    En savoir plus sur :

    Programme / Verbatims / Enquete /
    • Programme

      Accueil
      Olga Trostiansky, secrétaire générale du Laboratoire de l’égalité

      Introduction
      Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement

      1. Le point de vue des expert-es
      - Frédérique Agnès (PDG de Médiaprism) et Françoise Vouillot (psychologue, CNAM-INETOP) : Présentation des résultats de l’enquête d’opinion réalisée par Mediaprism pour le Laboratoire de l’égalité
      - Jeanne Fagnani (directrice de recherche au CNRS, chercheure associée à l’IRES) : quelles organisations des temps ailleurs en Europe.

      2. Le point de vue des politiques
      - Colombe Brossel (adjointe au maire de Paris en charge de la vie scolaire et de la réussite éducative)
      - Evelyne Beaumont (adjointe au maire d’Arras en charge de l’éducation)

      3. Le point de vue des éducateur-trices et des entreprises
      - Sylvie Fromentelle (vice-présidente de la FCPE)
      - Valérie Marty (présidente de la PEEP)
      - François Fatoux (délégué général de l’ORSE)

      Conclusion – Grand témoin
      Florence Robine (rectrice de l’Académie de Créteil)

      Animation : Isabelle Germain, journaliste Les Nouvelles News

    • Verbatims

      Nous avons demandé à des élu-es et des éducateur-trices leur réaction sur les résultats de l’enquête menée par Mediaprism et plus globalement sur l’impact de la réforme des rythmes scolaires sur l’activité professionnelle des femmes.

      Evelyne Beaumont, adjointe au maire d’Arras, chargée de l’éducation
      La Ville d’Arras mettra en œuvre le projet de réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2013.
      Cette réforme s’inscrit parfaitement dans le projet de développement social dans lequel la Ville s’est engagée depuis 2011 sur la base d’une analyse des besoins sociaux.
      La proposition de la Ville répond aux objectifs stratégiques liés à la réussite éducative et la parentalité définis dans l’avant-projet de programme éducatif territorial.
      Dans ce cadre, la question de l’égalité femmes hommes et plus largement de l’évolution sociologique de la cellule familiale est au cœur de notre réflexion.
      Ces problématiques animent toutes les phases de concertation avec les partenaires institutionnels et les parents, au travers de commissions extra municipales, des conseils d’école et du comité des usagers.
      Elles ont conduit la Ville à privilégier un dispositif prenant en compte les contraintes organisationnelles des parents et à développer une offre de services complémentaires :
      - choix du mercredi avec proposition d’un service de restauration, garderie et transports vers les accueils de loisir,
      - flexibilité des horaires,
      - réforme de la politique tarifaire des services de restauration et de garderie.
      - aménagement de l’organisation du temps de travail des personnels.

      Marie-Jeanne Béguet, présidente de l’Association des maires ruraux de l’Ain
      Les travaux de la communauté scientifique et le classement de la France en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE concernant les cohortes d’enfants scolarisés depuis 2008 dans le système à 4 jours plaident pour ce retour à la semaine de neuf demi-journée.
      Placer cette demi-journée le samedi pénaliserait les nombreuses familles recomposées pour lesquelles le week-end est un temps fort de retrouvailles familiales. Le mercredi me semble plus favorable à l’équilibre général des familles et correspond mieux au rythmes travail-repos actuel. Les femmes qui travaillent mettent déjà pour la plupart les enfants en centre aéré la journée du mercredi. C’est la césure du mercredi midi créée par les nouveaux rythmes scolaires qui nécessite une organisation particulière pour aller de l’école au centre aéré. Cela concerne les parents qui ne peuvent pas quitter le travail. Je pense que les communes avec les parents doivent aider à résoudre ce problème, ce que nous avons fait dans notre commune.
      Aussi, le passage en demi-journée dans ma commune n’aura pas d’impact négatif sur les familles qui travaillent. Nous offrons la prise en charge des enfants, les 5 jours de 7h30 à 18h30. Je m’interroge cependant sur le fait que des enfants restent 11 heures dans nos locaux.

      Brigitte Collet, adjointe au maire de Bordeaux, en charge de l’enfance et de la famille
      Un questionnaire a été envoyé aux parents de nos 15 000 élèves. Un tiers des parents (les mères ?) vont récupérer leur enfant à 11h30 le mercredi midi. Un tiers les récupérera après déjeuner. Le dernier tiers les laissera au centre d’accueil de loisir toute la journée . Mais il est difficile d’affirmer que ce sont les femmes qui seront chargées de cette gestion des enfants le mercredi. Le choix du mercredi matin est un véritable plébiscite à Bordeaux. Seuls 4 % des parents souhaitent le samedi. L’argument mis en avant est l’organisation des familles séparées et recomposées qui accueillent leur enfant un week-end sur deux. Je n’ai pas perçu à Bordeaux de réelles difficultés rapportées par les femmes sur cette nouvelle organisation par ailleurs très difficile à organiser pour le bien des enfants et très onéreuse.

      Catherine Pilon, première adjointe à la maire de Montreuil, déléguée à l’éducation et à l’enfance
      On savait déjà que les femmes ont tendance à placer leurs RTT les mercredis alors que les hommes préfèrent les vendredi après-midi... L’enquête [effectuée par Mediaprism pour le Laboratoire de l’égalité] confirme qu’au XXIe siècle, les femmes sont toujours perçues comme celles qui s’adapteront à l’évolution des rythmes familiaux : 52 % des pères comptent sur les mères, 16 % des mères comptent sur les pères... Au risque d’un temps partiel encore plus morcelé.
      Les villes doivent en tenir compte et inventer des temps périscolaires qui permettent aux femmes de ne pas supporter de nouvelles contraintes et une réduction de leur temps libre. Et pour changer cet état de fait sur le long terme, Il est vraiment nécessaire que l’égalité entre les garçons et les filles soit un principe éducatif majeur dans les projets éducatifs de territoire.

      Sylvie Fromentelle, vice-présidente de la FCPE
      Pour la FCPE, l’objectif de la réforme est bien que les écoliers français ne subissent plus une extrême concentration du temps d’enseignement, génératrice de fatigue et préjudiciable aux apprentissages. Pour autant, la FCPE exclue l’idée que la réduction de la journée entraîne une simple remise de l’enfant plus tôt à sa famille. Le risque est de creuser les inégalités sociales et de remettre en cause le droit au travail des femmes. Il n’est pas possible de laisser en friche le temps libéré. Il faut assurer une complémentarité entre l’école et les activités périscolaires, via des structures qui viennent en relais des activités scolaires, avec du personnel formé et compétent. Cette évolution nécessite des discussions avec les collectivités aussi bien sur la question des transports scolaires que des activités périscolaires. Car la solution doit être envisagée de façon collective et non seulement individuelle.

      Olga Trostiansky, secrétaire générale du Laboratoire de l’égalité
      Le débat sur la réforme des rythmes éducatifs a été riche comme tout débat sur l’école, mais était centré sur les questions d’organisation de la journée des enfants et sur l’opportunité de mettre en place la réforme dès la rentrée 2013 ou en 2014. Le colloque organisé par le Laboratoire de l’Egalité le 27 mai à l’Assemblée nationale porte sur un sujet moins présent dans le débat : les conséquences d’un changement des rythmes scolaires sur la vie de la famille, et plus particulièrement sur celle des femmes.
      Le Laboratoire de l’égalité a tenté de porter ce sujet sur l’avant-scène dès le début de la concertation, tant les conséquences de la réforme sont multiples pour les femmes : en tant que mères, elles sont toujours considérées comme celles qui organisent la vie familiale et domestique ; en tant que femmes, elles doivent parvenir à concilier vie professionnelle et vie personnelle ; elles peuvent elles-mêmes être à la fois mères et enseignantes, et donc vivre les conséquences de cette réforme à double titre…
      Le sondage réalisé par Mediaprism pour le Laboratoire de l’égalité apporte un premier éclairage sur la manière dont les parents mesurent l’impact de la nouvelle organisation des temps scolaire et périscolaire sur leur vie professionnelle. Les mères qui travaillent actuellement à temps partiel pour s’occuper des enfants le mercredi vont-elles pouvoir reprendre une activité professionnelle, au moins le matin, quand les enfants sont à l’école ? Dans un contexte de crise économique et de baisse du pouvoir d’achat, le gain de quelques heures de travail peut être d’un grand secours au quotidien.
      Le colloque du 27 mai va permettre d’approfondir la réflexion sur ces enjeux pour alerter l’ensemble des acteurs sur la nécessité de mettre en place la réforme en tenant compte de ses impacts sur les temps des femmes : les élus comme les employeurs devront tout mettre en œuvre pour que la réforme soit gagnante pour tous... et toutes.

    • Enquete d’opinion - les enseignements généraux

      Réforme sur les rythmes scolaires : Opinion et conséquences sur la vie des femmes et des hommes. Enquête Mediaprism pour le Laboratoire de l’égalité, mai 2013

      Opinion générale sur la réforme
      Une majorité de Français-es (56%) juge cette réforme justifiée.
      Les réactions des Français-es sont très liées au choix de la ½ journée supplémentaire :
      Dans le cas du samedi matin :
      La majorité des Français (69%) et avant tout, les parents d’élèves de primaire (75%) concernés directement par cette réforme pensent qu’elle va plutôt gêner leur organisation familiale.
      Les pères partagent encore plus que les mères ce point de vue.
      La grande majorité des parents (82%) y est défavorable. Les pères y sont à nouveau plus opposés que les mères.

      Dans le cas du mercredi matin :
      Les Français semblent plus partagés sur le fait que cette demi-journée sera un frein à l’organisation de la vie familiale. A noter que les parents d’élèves de primaire sont plus nombreux à considérer ce jour de classe supplémentaire comme une gêne à leur organisation.

      Impact de la réforme
      Globalement, cette réforme aurait peu d’impact sur la vie professionnelle des parents d’élèves de primaire.
      Lorsqu’on interroge des parents travaillant les jours concernés par la ½ journée d’école supplémentaire, la grande majorité d’entre eux (respectivement 85% dans le cas du mercredi et 86% dans le cas du samedi) a l’intention de continuer à travailler ces jours-là.
      Quant à ceux qui ne travaillent pas le mercredi, il semblerait qu’ils continuent à être inactifs ce jour, même si leurs enfants allaient à l’école le matin. Cette décision s’explique soit par un désir de s’occuper de son foyer soit par une impossibilité de faire garder ses enfants l’après-midi.
      A travers ces résultats, nous comprenons que les Français ne se sont peut-être pas encore véritablement questionnés eux-mêmes sur le sujet. Ils y ont probablement très peu réfléchi, ne se projettent pas dans une changement de leur vie future et répondent de manière très empirique aux questions qui leur sont posées.
      Un tiers des enfants dont les parents travaillent le mercredi se rendent au centre de loisir.
      Si la ½ journée a lieu le mercredi matin, qui accompagnera ces enfants au centre de loisir, ne se situant pas dans l’école ? Est-ce que dans ces communes, des solutions seront proposées aux parents (bus scolaire, accompagnant-es…) ?
      Mais lorsqu’on regarde les résultats de plus près, on prend conscience que cette reforme impacterait davantage la vie professionnelle des mères que celle des pères
      En effet, si la demi-journée supplémentaire est fixée au mercredi, un quart d’entre-elles s’arrêteront de travailler ce jour-là versus seulement 7% des pères.
      Pour les pères, cette décision d’arrêter de travailler témoignerait davantage d’une envie alors que pour les mères ce serait plus par obligation que par envie.
      Une majorité des répondants (70%) estime que cette réforme ne changera rien aux inégalités entre les femmes et les hommes mais 20% pensent qu’elle va accentuer ces inégalités versus 4% seulement qui estiment qu’elle va les réduire.

      Manière dont les politiques tiennent compte de la vie professionnelle des femmes dans leur décision
      La grande majorité des parents (81%) pense que, d’une manière générale, les responsables politiques ne tiennent pas compte des conséquences de leurs décisions sur la vie professionnelle des femmes.
      Les mères soulignent ce point encore plus que les pères (respectivement 84% vs. 79%).
      Quant aux décisions des politiques sur la réforme des rythmes scolaires, le constat reste le même : les ¾ des parents pensent que les politiques ne prennent pas suffisamment en compte la vie professionnelle des femmes.
      Les mères sont un peu plus nombreuses à partager ce point de vue (respectivement 75% vs. 71%).
      Et plus précisément s’agissant de l’application de cette réforme dans leur commune, ¾ des parents attendent que leur maire prenne compte la vie de professionnelles des mères dans leur décision.
      Les mères le souhaitent un peu plus que les pères (respectivement 76% vs. 72%).

      Mediaprism, filiale de Mediapost Communication / Groupe La Poste, est une agence de marketing et de communication au service des associations, des institutions, des entreprises et des marques. La force de Mediaprism s’articule autour de deux savoir-faire : la maîtrise de la connaissance des publics et le conseil stratégique et créatif. Être « l’éclaireur des publics », c’est justement combiner ces deux dimensions de façon originale : la communication et la relation justes reposent sur une démarche rigoureuse de connaissance des publics.

      Télécharger les enseignements généraux

  • Etats généraux de l’égalité

    Une journée de débats pour échanger et faire le point sur l’égalité
    entre les femmes et les hommes en temps de crise.
    Organisée par le Laboratoire de l’égalité en collaboration avec Mediaprism, le 12 septembre 2013 au Conseil économique, social et environnemental

    En savoir plus sur :

    Programme /
    • Programme

      9h-18h

      Mot d’accueil
      L’égalité n’est pas une punition
      - Geneviève Bel, présidente de la délégation aux droits des femmes du CESE
      - Jean-Paul Delevoye, président du CESE (en vidéo)

      Introduction
      Raison d’être de ces Etats généraux
      - Olga Trostiansky, secrétaire générale du Laboratoire de l’égalité, adjointe au maire de Paris
      Présentation de l’impact de la crise sur les femmes
      - Frédérique Agnès, membre du conseil d’administration du Laboratoire de l’égalité, fondatrice de Mediaprism

      Table ronde #1
      L’égalité femmes-hommes est-elle profitable à toutes et à tous ?
      - Brigitte Grésy, secrétaire générale du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle
      - Armelle Carminati, présidente d’Accent sur elles
      - Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, responsable de l’unité thérapie familiale à l’hôpital de la Pitié-Salpetrière
      - Marie-Jo Zimmermann, députée de la Moselle

      Table ronde #2
      Le prix du manque d’égalité : une bombe à retardement pour les femmes et les hommes
      - Christiane Marty, ingénieure chercheuse, membre du conseil scientifique d’ATTAC
      - Juliette Méadel, Directrice Générale de Terra nova
      - Françoise Milewski, économiste, chercheuse à l’OFCE

      Déjeuner introduit par Dominique Baudis, Défenseur des droits

      Grand témoin
      Histoires d’égalité : les pionnières vues d’aujourd’hui
      - Vidéo de Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale et débat croisé entre
      - Edith Cresson, ancienne Première Ministre
      - Audrey Pulvar, journaliste à Canal +
      - Yvette Roudy, ancienne Ministre du Droit des femmes

      Table ronde #3
      L’égalité femmes-hommes, une opportunité pour repenser l’organisation du travail ?
      - Abdel Aissou, directeur général de Randstad France
      - Nathalie Andrieux, Directrice Générale Adjointe – Directrice du Numérique du Groupe La Poste
      - Mireille Faugère, directrice générale de l’APHP
      - Dominique Meda, professeure à l’Université de Paris Dauphine et co-auteur du livre « Réinventer le travail »

      Table ronde #4
      Egalité professionnelle – égalité parentale : influences croisées
      - Roselyne Bachelot, ancienne ministre
      - Jeanne Fagnani, sociologue, directrice de recherche au CNRS, chercheuse associée à l’IRES
      - Sylviane Giampino, psychanalyste et psychologue

      Clôture
      L’égalité femmes-hommes en temps de crise : luxe ou nécessité ?
      - Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement

      Remerciements et annonce des événements à venir par Anne-Claire Mialot, membre du CA du Laboratoire de l’égalité, Directrice Générale de l’agglomération de Cergy-Pontoise.

  • Le Tour de France du Pacte pour l’égalité

    Le Pacte pour l’égalité a été présenté dans dix villes de France à l’occasion d’un Tour de France du Pacte, qui s’est déroulé d’octobre 2011 à avril 2012. Voici un résumé de toutes les étapes.

    En savoir plus sur :

    Lyon / Toulouse / Marseille / Lille / Montpellier / Nantes / Cergy / Valence / Fontenay / Metz / Paris /
    • Lyon, le 5 octobre 2011

      Environ 50 personnes ont participé à cette soirée, représentant-es d’associations, d’entreprises, d’universités, de collectivités de la région Rhône-Alpes

      P. Crozon, T. Rabatel, L. Bencharif. Photo © Ariane Mestre
      Photo : P. Crozon, T. Rabatel, L. Bencharif (© Ariane Mestre)
      Les associations : le CIDFF, Osez le féminisme Lyon, le Planning familial, regard de femmes, Gertrude II (membre de « Egalité HF » Lyon).
      Les réseaux : Rhône-Alpes pionnières, BPW Rhône-Alpes.
      Les collectivités : le Conseil régional, le département de l’Isère, les villes de Lyon, Valence, Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Grenoble, Vienne, Villeurbanne, Décine…, et le Grand Lyon.
      Divers courants politiques étaient également représentés : PS, PC, Verts, Modem.

      Intervenant-es :
      - Catherine TRIPON, membre du CA du Laboratoire, porte parole de l’Autre Cercle.
      - Michel MACHICOANE, secrétaire général de la CPCA Rhône-Alpes.
      - Brigitte MARTEL-BAUSSANT, porte parole de CRLCAFF Rhône-Alpes, secrétaire générale de la CLEF.
      - Paulette BROUSSAS, présidente du CIDFF du Rhône et vice-présidente de l’Union régionale des CIDFF .
      - Cécile DEKEUWER, présidente de BPW Rhône-Alpes.
      - Luc THORAL, secrétaire régional de la CFDT chargé de l’égalité et de la lutte contre les discriminations.
      - Lela BENCHARIF, vice-présidente à la Région Rhône-Alpes, déléguée à la vie associative, à l’éducation populaire et à la démocratie participative.
      - Michèle PICARD, maire de Vénissieux.
      - Thérèse RABATEL, adjointe au maire de Lyon, en charge de l’égalité femmes-hommes, aux temps de la ville et aux handicaps.
      - Pascale CROZON, députée du Rhône.
      - Christine Guillemault, membre du Laboratoire de l’égalité.

      Les principales questions abordées pendant le débat :
      - la parité dans les instances de décision dans le monde associatif, les rôles et fonctions des femmes et des hommes inscrits dans des stéréotypes ;
      - la confusion entre « diversité » et « égalité femmes hommes » : les femmes sont la moitié de la population, ce n’est pas une minorité, elles sont présentes dans tous les milieux sociaux, les cultures, les âges… Promouvoir la visibilité des femmes est indispensable ;
      - la parité en politique, le système électoral à la proportionnelle, des places éligibles pour les femmes (comme pour les hommes), le non-cumul des mandats et les limites dans le temps, les « viviers » de femmes candidates ;
      - le partage des tâches domestiques et éducatives dans la sphère privée, la sensibilisation des hommes ;
      - les bas salaires, la pauvreté les temps partiels subis, la contribution des entreprises (cotisations plus élevées) ;
      - l’éducation encore et encore nécessaire, dès le plus jeune âge, le travail sur la construction des stéréotypes ;
      - la nécessité d’agir dans le monde artistique et la création, où les écarts entre femmes et hommes sont vertigineux ;
      - dans les entreprises, l’application des lois sur l’égalité professionnelle, des contrôles et des sanctions à prévoir, le développement de plans d’égalité professionnelle ;
      - une politique transversale de l’égalité, une façon différente de faire de la politique, la nécessité de partager les compétences, de sortir des « bastions réservés ».
      Une priorité : agir sur les préjugés, les stéréotypes, organiser une vaste campagne.

    • Toulouse, le 16 novembre 2011

      Environ 50 personnes ont participé à cette soirée, représentant-es d’associations, d’entreprises, d’universités, de collectivités territoriales, et des étudiants en sciences politiques.

      Mot d’accueil du directeur de Sciences Po Toulouse, Philippe RAIMBAULT.
      Présentation du Laboratoire de l’égalité : Marie-Laure FAGES, attachée d’enseignement et de recherche Science Po Toulouse.
      Présentation du Pacte : Christine GUILLEMAULT, membre du Laboratoire de l’égalité.

      « Grand témoin » : Jacqueline MARTIN, experte en sociologie du genre.

      Première série d’interventions : le monde associatif mobilisé
      - Nataly BREDA, présidente de l’antenne d’Osez le féminisme de la Garonne.
      - Grégoire RUHARD, associations Cactus et Caractère (étudiants de Sciences Po).

      Deuxième série d’interventions : les entreprises
      - Sophie GARCIA, CFE-CGC, réseau Equilibre.

      Troisième série d’interventions : la parole des élu-es
      - Françoise LABORDE, sénatrice de la Haute-Garonne, vice-présidente de la commission femmes-hommes au Sénat .
      - Alain TACHE, Centre de recherche et d’information sur le droit à la formation, ID3 Association, Université Toulouse I Capitole, attaché de Nicole Pascolini, déléguée aux droits des femmes du Gers, réseau Réseaulument Egalité dans le Gers.
      - Madeleine DUPUIS, conseillère municipale déléguée femmes/hommes à la mairie de Toulouse.

    • Marseille, le 24 janvier 2012

      À l’invitation du Collectif 13 Droit des femmes, du GRAIF (Groupement régional pour l’action et l’information des femmes) et de la CLEF (Coordination française pour le lobby européen des femmes).

      Maison de la région (Canebière), 18h-20h.

      Déroulement de la soirée
      17H30 : accueil de la presse et du public autour du Pot de l’Égalité
      18H00 : Introduction : Esther FOUCHIER, Présidente du Collectif 13 droits des Femmes.
      Présentation du Pacte et du laboratoire de l’Égalité par Olga TROSTIANSKY, Secrétaire générale.
      Projection d’un film et d’un diaporama puis débat avec la salle

      La parole est donnée aux :
      Monde des associations
      Amel ARVIN BEROD, Directrice de SOS Femmes
      Claudine LEGARDINNIER, Journaliste, Mouvement du Nid, Réseau méditerranéen contre la traite des femmes
      Thérèse BASSE, Cultures en médiation
      Mireille MAVRIDES, Femmes Solidaires

      Monde des entreprises
      Isabelle ATTIA, Eurocopter, syndicat CGT
      Jeanine FENASSILE, BPW Toulon, présentation du dossier « Equal pay day » de BPW Europe et France
      Laetitia LASAGESSE, (Jeune Chambre Économique)
      Des témoignages de salariés de France Télécom, Saint-Louis Sucre

      Monde des politiques

      Roseline ARNAUD KANTOR, Enseignante-chercheuse sur la parité, apportera un éclairage sur l’égalité femmes/hommes en politique
      Anne MESLIAND, Conseillère régionale Provence-Alpes Côte d’Azur, Présidente de la commission "Solidarités, Sécurité et prévention, Services publics, Santé".
      Michèle TREGAN, Conseillère régionale Provence-Alpes Côte d’Azur, Déléguée à l’Emploi
      Magali GIOVANNANGELI, Présidente de la Communauté d’Agglomération du pays d’Aubagne et de l’Etoile
      Michèle PONCET-RAMADE, Conseillère Municipale à Marseille

      Lire le compte rendu de l’étape marseillaise

    • Lille, le 8 février 2012

      À l’invitation du CORIF.


      Institut d’études politiques
      84 rue de Trévise, 59000 Lille.
      De 18h30 à 21h.

      18h15 : Accueil des participant-es
      18h30 : Introduction par Latifa Kechemir, administratrice du Corif, adjointe à la Ville de Lille
      18h45-19h15 Présentation du Pacte pour l’égalité par Olga Trostiansky, cofondatrice et secrétaire générale du Laboratoire de l’égalité
      19h15-20h : 1ère table ronde : Egalité professionnelle et lutte contre la précarité
      Animation : Nicole Gadrey, sociologue
      Avec :
      - Catherine Génisson, Sénatrice du Pas-de-Calais
      - Stéphane Frimat, représentant du Collectif H/F,
      - Eva Escandon, cheffe d’entreprise, présidente de la Délégation Côte d’Opale des femmes chefs d’entreprises,
      - Adjila Messaoudi, Responsable de formation au Corif.
      Débat avec la salle

      20h-20h45 2e table ronde : Partage de la culture de l’égalité et de la parité
      Animation : Nathalie Coulon, maîtresse de conférences en psychologie et chargée de mission à l’égalité entre les femmes et les hommes à l’Université de Lille III
      Avec :
      - Madjouline Sbaï, vice-présidente du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais en charge de la citoyenneté, des relations Internationales et de la coopération décentralisée,
      - Denis Dekerle, proviseur du Lycée Baggio de Lille
      - Véronique Séhier, Le Planning familial
      - Anne-Marie Marmier, présidente de l’Observatoire de la parité du Nord-Pas-de-Calais
      Débat avec la salle
      21h : Clôture.

      Télécharger le programme
      Lire le compte rendu

    • Montpellier, 16 février 2012

      A l’invitation de Christian Bourquin, président de la Région
      Languedoc-Roussillon, sénateur, et de Karine Margutti, conseillère régionale
      déléguée aux droits des femmes

      Hôtel de Région
      Salle Edgar Tailhades
      201 avenue de la Pompignane, Montpellier
      Tramway lignes 1 et 2 – station place de l’Europe
      Inscription par mail : protocole@cr-languedocroussillon .fr

      Accueil par Karine MARGUTTI, vice-présidente commission Droits des femmes et égalité Région Languedoc-Roussillon.

      Présentation du Laboratoire de l’égalité et du Pacte pour l’égalité par Annie BATLLE et Christine GUILLEMAULT, membres du Laboratoire.

      Grand témoin :
      Christa DUMAS, Sociologue, responsable de la Mission égalité à l’Université Montpellier III.

      Associations :
      Danièle ANTHERIEU, Citoyennes Maintenant
      Merry LABALLE, responsable des MJS Hérault
      Geneviève TAPIE, présidente de l’Observatoire de la parité en Languedoc-Roussillon
      Marie-Hélène CASTELLAR, présidente du CIDFF de l’Aude
      Carine FAVIER, présidente du Mouvement français pour le planning Familial

      Entreprises :
      Noelle OBEGI, présidente du CREF (Centre de ressources pour l’entrepreneuriat au Féminin)
      Isabelle GAIDON-OHL de IGO CONSEIL
      Bruno VIGNE, secrétaire syndicat CGT CHU de NIMES

      Elu(e)s :
      Tatiana CAPUOZZI BOUALEM, vice-présidente de l’agglomération de Montpellier, conseillère municipale de Montpellier
      Marie-Christine BOUSQUET, maire de Lodève, présidente de la Communauté de communes Lodévois-Larzac, conseillère générale
      Christian BOURQUIN, président de la Région Languedoc-Roussillon, sénateur

      Conclusion par le Laboratoire de l’égalité

      Télécharger le programme
      Lire le compte rendu

    • Nantes, le 8 mars 2012

      Femmes au travail, et maintenant comment agir pour l’égalité ?
      Evénement organisé à l’occasion de la journée internationale des femmes, par la Ville de Nantes avec le Laboratoire de l’égalité, l’AFCCRE (Association française du Conseil des communes et régions d’Europe) et le Conseil d’analyses stratégiques.


      Château Anne de Bretagne, bâtiment du Harnachement
      De 18h à 21h.

      Intervenants :

      - Vanessa Wisnia-Weill, Centre d’analyses stratégiques, auteure de De nouvelles organisa­tions du travail conciliant égalité Femme Homme et performance des entreprises.

      - Escale à Nantes du Tour de France du Laboratoire de l’égalité. Les femmes, on conti­nue à s’asseoir dessus ou on change pour de bon ?, invitation à signer le Pacte pour l’égalité.

      - Valérie Loirat, Association française du Conseil des communes et régions d’Europe. La Charte euro­péenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale. Un outil de progrès pour les acteurs locaux.

      Avec des dessins en direct, par Frap

      Voir les dessins

      Télécharger l’invitation
      Télécharger le dossier de presse

    • Cergy-Pontoise, le 2 avril 2012

      A l’invitation de Dominique Lefebvre, président de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, maire de Cergy, et avec le soutien de l’ESSEC

      ESSEC - Grand amphitéâtre
      Avenue Bernard Hirsch, 95000 Cergy-Pontoise
      18h30-21h
      Inscription par mail : brigitte.verron@cergypontoise.fr

      Photographies : Lionel Pagès

      18 h 45. Introduction
      Pierre TAPIE, Directeur général de l’ESSEC Business School
      Dominique LEFEBVRE, Président de la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise – Maire de Cergy

      19 h 00. Présentation du Pacte pour l’égalité
      Par Olga TROSTIANSKY, Adjointe au maire de Paris, Secrétaire générale du Laboratoire de l’égalité
      Laurent DEPOND, Vice-président diversité Orange France, membre du Conseil d’administration du Laboratoire de l’égalité

      19 h 15. 1ère table ronde. Femmes & Entreprise : Entreprendre au féminin.
      Animée par Viviane DE BEAUFORT, Professeure à l’ESSEC, Expert en gouvernance d’entreprise, Directrice des programmes Women dont « Entreprendre au féminin – ESSEC »
      Cécile BARRY, Présidente de Action ‘elles
      Diaa ELYAACOUBI, Présidente de Streamcore, fondatrice de e-brands
      Géraldine FROBERT, Directrice de la création, information, financement et formalités d’entreprises à la CCIV
      Julien MOREL, Directeur ESSEC Ventures

      20 h 00. Grand Témoin : où en est l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en Europe ?
      Par Sophie AUCONIE, Députée européenne, Présidente de Femmes au centre

      20 h 15. 2ème table ronde. Lutter contre les stéréotypes chez les populations les plus fragiles
      Animée par Jules DONZELOT, Doctorant en sociologie, Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise
      Brigitte CHABERT, Directrice de l’association Du Côté des Femmes
      Aicha DAKITSE, Directrice du restaurant-traiteur d’insertion Planète Sésame Métisse
      François DULIEU, Professeur d’astro-physique à l’Université de Cergy-Pontoise,
      promoteur du programme les Clés de la réussite
      Réjane SENAC, Chercheure au CNRS (Sciences-Po), spécialiste de la parité

      21 h 00. Conclusion des débats

      Télécharger l’invitation
      Télécharger le programme

    • Valence, le 4 avril 2012

      À l’invitation des associations Droit de Cité, Rhône Crussol Citoyens, Rencontres citoyennes Rochemaure, CIDFF 26 et 07, Ligue des Droits de l’Homme 26, Fédération des Œuvres Laïques 26, Association PARITE

      Salle des fêtes de Soyons
      Rue Vincent d’Indy
      07130 Soyons

      Débat sur le travail des femmes et leur participation à la vie publique

      Télécharger l’invitation

    • Fontenay-sous-Bois, le 12 avril 2012

      A l’initiative de Murielle Michon, maire adjointe à la Ville de Fontenay

      Maison du citoyen et de la vie associative
      Salle 101
      16 rue du Révérend-Père Aubry
      94 120 Fontenay-sous-Bois
      A partir de 19h30

      Présentation du Pacte pour l’égalité et de la campagne d’interpellation des candidats à l’élection présidentielle

      Première table ronde : parité affichée/parité réelle pour les législatives 2012

      Deuxième table ronde : le parcours de vie précaire et fragilisé des femmes

      Avec la participation de Alice COFFIN, journaliste médias et membre de La Barbe, Marie-José CAYZAC, conseillère régionale, Laurence LAIGO, secrétaire nationale CFDT, Hélène PERIVIER, économiste à l’OFCE, Annette CHEPY-LEGER, ancienne députée benjamine de l’Assemblée nationale, le journal PERRA FEMINA…
      (programme en cours)

      Télécharger l’invitation

    • Metz, le 14 avril 2012

      À l’invitation de l’AEMF, Association Entraide et Mouvement des Femmes

      Hôtel de Ville de Metz
      Grand Salon (1er étage)
      De 15h à 18h

      Deux tables rondes :
      Égalité professionnelle, syndicale et politique
      Partage de la culture de l’égalité et de la parité

      En présence de :
      - Lucile Bertin, membre du Laboratoire de l’égalité
      - Janine Olmi, docteur en sciences-politiques, membre du CES, auteur de La Parité syndicale
      - Nathalie de Oliveira, conseillère déléguée aux relations usagers Ville de Metz, membre du CA de l’AEMF
      - Brigitte Stein, responsable Égalité Diversité et Discrimination CFTC Lorraine
      - Noémie Heintz, présidente du Planning familial de Metz
      - Mélodie Saillard, porte-parole d’Osez le féminisme Moselle
      - Francine Taite, représentante de la délégation messine de l’ONG Zonta International

      Télécharger l’invitation

    • Paris, le 18 avril 2012

      Etape finale du Tour de France de l’égalité

      Pavillon de l’eau
      77, avenue de Versailles, 75016 Paris (métro Mirabeau)
      de 18 heures à 21 h 30

      Accueil
      - Anne Le Strat, adjointe à la Mairie de Paris chargée de l’eau, qui a signé le Pacte ce soir-là.

      Présentation du Pacte pour l’égalité
      Les 20 mesures du Pacte, la campagne de sensibilisation et l’interpellation des candidats
      Olga Trostiansky, secrétaire générale du Laboratoire de l’égalité

      Bilan du Tour de France de l’égalité
      Bilan du Tour de France par Christine Guillemaut, membre du Laboratoire de l’égalité, avec les personnes-relais en régions :
      - Brigitte Martel Baussant, porte parole de CRLCAFF Rhône-Alpes, Secrétaire Générale de la CLEF
      - Karine Margutti, Conseillère Régionale déléguée aux Droits des Femmes
      - Fériel Kachoukh, Centre OPALE, Etudes, diagnostics et formations sur les discriminations
      - Régine Saint-Criq, association Rhône Crussol Citoyens
      - Dominique Trichet-Allaire, Conseillère municipale déléguée aux Droits des femmes
      - Eleonora Nadalini, Chargée de projets de coopération culturelle, Forum Femmes Méditerranée

      Les tables rondes sont animées par Natacha Henry, essayiste, historienne et journaliste, auteure de Les Mecs lourds ou le paternalisme lubrique (Gender Company, 2011)

      1re table ronde
      Précarité, les femmes encore en première ligne

      Comment agir en profondeur sur ces inégalités structurelles que sont les contrats précaires, les horaires atypiques et fragmentés, les bas salaires, qui touchent encore majoritairement les femmes.
      - Francoise Milewski, économiste, OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), PRESAGE (Programme de Recherche et d’Enseignement des SAvoirs sur le GEnre, Sciences Po-OFCE)
      - Sylvie Brunet, délégation aux droits des femmes et à l’égalité du Conseil économique, social et environnemental
      - Charlotte Duda, ancienne présidente de l’ANDRH, DRH Stream Global Services

      Intermède
      Les enjeux de l’égalité hommes-femmes et leur lien avec le bien-être au travail

      Présentation des résultats de l’enquête réalisée par Médiaprism pour le Laboratoire de l’égalité et la Fabrique Spinoza.
      - Alexandre Jost, fondateur de la Fabrique Spinoza.

      2e table ronde
      Stéréotypes sur les rôles de genre : du chemin à parcourir

      Comment sont construits ces stéréotypes, dans la famille, au travail, dans la vie sociale et dans la sexualité ? L’inné et l’acquis, le biologique et le culturel dans les rôles sexués des femmes et des hommes ? Comment les remettre en question ?
      - Catherine Vidal, neurobiologiste et directrice de recherche à l’Institut Pasteur, auteure notamment de Cerveau, sexe et pouvoir, 2005.
      - Marie-Cécile Naves, sociologue, Centre d’analyse stratégique, co-auteure de la note Face à l’hypersexualisation des filles dans l’espace public, comment protéger les enfants ?
      - Pascal Bernard, directeur des ressources humaines et des affaires générales à l’Agence régionale de santé Île-de-France : les stéréotypes dans le monde de l’entreprise.

      Conclusion et perspectives
      Cécile Daumas, présidente du Laboratoire de l’égalité

      Télécharger l’invitation
      Télécharger le programme
      Voir ou revoir la soirée en vidéo

Plan du site