Qui sommes-nous ?

  • Pourquoi créer le Laboratoire de l’égalité ?

    L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est loin d’être acquise : salaires, statuts, conditions de travail, partage des tâches et des responsabilités, stéréotypes… Le chantier reste immense, malgré des acquis incontestables.

    Pour obtenir sans plus attendre la mise en œuvre effective de l’égalité de traitement dans tous les secteurs de la vie économique et à tous les niveaux de décision, nous avons créé le Laboratoire de l’égalité en 2010.

    « Nous », c’est-à-dire un groupe de femmes et d’hommes de différentes sensibilités politiques, exerçant des responsabilités dans la vie économique, sociale, universitaire, associative. Tous impliqués dans de multiples réseaux agissant concrètement en faveur d’un meilleur partage des responsabilités citoyennes, économiques et familiales entre les femmes et les hommes.

    L’expertise et l’influence des membres fondateurs et du comité d’orientation, ainsi que des réseaux publics et privés dont ils sont parties prenantes (entreprises, associations, centres de recherches, médias), constituent un des atouts de l’association.

    En quelques mois, le Laboratoire de l’égalité a déjà prouvé qu’il était une force de rassemblement, d’interpellation des décideurs publics et privés et de sensibilisation de l’opinion publique, capable d’émettre des propositions objectives et étayées sur les questions qui déterminent une vraie mixité dans l’univers professionnel et son articulation avec la vie privée (retraites des femmes, rythmes scolaires, congé parental, dépendance...).

    Met online casino veilig kan je de leukste en veiligste online gokspellen spelen. Beveiligde online casino’s die met licenties werken.

    Voir Nos Actions

  • Les objectifs

    Pour faire avancer l’égalité, nous nous donnons trois objectifs prioritaires :
    - Rassembler les acteurs de l’égalité professionnelle
    - Interpeller les décideurs économiques et politiques
    - Sensibiliser l’opinion publique.

    Voir Nos actions.

  • Le conseil d’administration

    • Olga Trostiansky, administratrice de la Coordination française pour le lobby européen des femmes, CLEF (présidente)

      Olga Trostiansky est administratrice de la Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes (CLEF) et déléguée au Lobby Européen des Femmes. Elle a été présidente de la Coordination française pour le lobby européen des femmes (CLEF) de 2008 à 2014. En 2004, elle a été également présidente de l’Assemblée des femmes Paris Ile-de-France, association dont elle est adhérente depuis 1995. De 1983 à 2002, elle a été consultante et chef de projet dans différentes sociétés françaises. Elle est élue à Paris depuis 1995.

      Photo © Christelle Vergnault

    • Anne-Claire Mialot, rapporteure à la Cour des comptes (secrétaire-générale)

      Diplômée de Sciences Po Bordeaux et de l’Institut national des études territoriales, Anne-Claire Mialot a commencé sa carrière d’administratrice territoriale en 2002 au Conseil général de la Nièvre, avant de rejoindre la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise en 2004, où elle a occupé successivement des fonctions de direction, puis de direction générale adjointe avant de devenir de septembre 2011 à avril 2014 directrice générale des services. Elle est actuellement rapporteure à la Cour des Comptes.

    • Corinne Hirsch, administratrice de EPWN Paris (trésorière)

      Corinne Hirsch capitalise sur trois domaines de compétence : développement de carrière de cadre international, conseil aux entreprises et expertise égalité femmes/hommes.
      Elle a été la première femme à diriger une zone du grand international pour Yoplait, a été Directrice de clientèle pour LH2 Louis Harris, a développé la Fondation des femmes pour la Méditerranée en tant que Déléguée générale et a vécu à Singapour.
      En 2008, elle a coordonné le « Baromètre de confiance des femmes cadres », étude intégrée dans le rapport de Brigitte Grésy sur l’égalité professionnelle entre les femmes et hommes. Elle est administratrice de PWN-Paris et Vice-présidente en charge du Think tank.
      Elle a fondé et dirige Aequiso, cabinet de Conseil, formation et conférences, qui aide les entreprises à maîtriser leur politique de mixité femmes/hommes.

    • Cécile Daumas, journaliste

      Cécile Daumas est journaliste à Libération depuis 1994. Diplômée du Centre de formation des journalistes (CFJ), elle a dirigé le Cahier emploi de Libération de 2002 à 2005. Spécialiste des questions de genre, elle a écrit en 2007 Qui a peur du deuxième sexe ? (Hachette Littératures). Elle est aujourd’hui responsable des pages Idées de Libération Next, le mensuel du quotidien.

    • Dominique Méda, sociologue

      Dominique Méda est inspectrice générale des affaires sociales et directrice de recherches au Centre d’études de l’emploi. Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure et de l’Ecole nationale d’administration, agrégée de philosophie, elle rejoint l’Inspection générale des affaires sociales en 1989, à sa sortie de l’ENA. Elle sera ensuite responsable de la mission Animation de la recherche à la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) au ministère du Travail. Elle a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels : Le Temps des
      femmes. Pour un nouveau partage des rôles
      (Champs-Flammarion, 2002, rééd. 2008) ; Au-delà du PIB. Pour une nouvelle mesure de la richesse (Champs-Flammarion, 2008) ; Le Travail (« Que sais-je ? », PUF, 2004) ; Le Deuxième Age de l’émancipation (avec Hélène Périvier, « La République des idées », Le Seuil, 2007) ; Travail. La révolution nécessaire (Les Editions de l’Aube, 2010).

    • Pascal Bernard, vice-président de l’Association nationale des directeurs de ressources humaines, ANDRH

      Pascal Bernard est actuellement directeur des ressources humaines des Affaires générales de l’ARS Ile-de-France, après avoir été DRH et directeur du management de la qualité de Eau de Paris, l’une des premières entreprises en France ayant obtenu le Label égalité femmes hommes délivré par l’Etat. En tant que vice-président national de l’ANDRH, il est chargé du développement de l’égalité femmes hommes, de la diversité et de la prévention des discriminations. Il a piloté pour le compte de l’Etat la conception et la mise en œuvre du Label diversité délivré aux entreprises et aux organismes publics, après audit d’un organisme certificateur indépendant. Il anime notamment la Commission nationale ANDRH Egalité femmes hommes et diversité, chargée de promouvoir et déployer ces thèmes tant auprès de l’Etat que des entreprises. Aux côtés de DRH et d’experts, la commission regroupe également des syndicalistes, des représentants de l’Etat et des collectivités et des associations.

    • Sabine Salmon, présidente de l’association Femmes solidaires

      Sabine Salmon est directrice de publication de Clara Magazine, diffusé sur abonnement et dans les réseaux institutionnels, associatifs et spécialisés ; elle est aussi vice-présidente de la CLEF depuis avril 2008. Après une formation scientifique-supérieure (mathématiques), elle a très vite intégré une fonction de coordination de projets socio-éducatifs au sein d’une collectivité. Elle a ensuite étendu son engagement dans la structure nationale de Femmes solidaires, tête de réseau coordonnant l’activité de plus de 190 structures locales, dont elle est la présidente nationale depuis 2001.

    • Frédérique Agnès, P-DG en communication

      Frédérique Agnès est P-DG en communication.

    • Patrick Boccard, consultant

      Après avoir dirigé la communication de plusieurs entreprises et organisations publiques et privées françaises et internationales (Association française des banques, American Express, Deloitte & Touche, Cap Gemini Ernst & Young...), Patrick Boccard est consultant indépendant, spécialisé dans la conduite de projets où le management et la communication sont des enjeux clés.

    • Laurent Depond, directeur de la Diversité du groupe Orange.

      Laurent Depond, diplômé de l’ESCP en 1986, est directeur de la Diversité du Groupe Orange. Il est responsable, au sein de la direction des ressources humaines, de la conception et du déploiement de la politique diversité du groupe. Il a pour mission de contribuer à recentrer la stratégie des ressources humaines autour des notions de potentiel et de motivation. Cette stratégie doit apporter une réponse aux grands enjeux du groupe que sont l’innovation, l’agilité en environnement fortement concurrentiel, la proximité des clients et la cohésion sociale. Il s’attache à co-construire avec chacune des filiales d’Orange une politique diversité répondant aux enjeux et aux cultures locaux. Son approche s’appuie sur l’évaluation des fonctionnements RH et des comportements managériaux pour limiter l’impact des biais décisionnels préjudiciables à la diversité. Laurent Depond s’appuie pour cela sur son expérience de consultant en stratégie dans un environnement international.

    • François Fatoux, délégué général de l’Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE).

      François Fatoux travaille sur les questions d’égalité femmes/hommes depuis plus de vingt ans à titres personnel et professionnel. Après avoir commencé sa carrière comme juriste en droit social dans un centre d’information sur les droits des femmes, il a travaillé au sein d’une confédération syndicale de salariés sur les questions de protection sociale (avec en charge les questions qui touchent à la politique familiale). Depuis maintenant dix ans, il travaille dans un réseau d’entreprises engagées dans le domaine du développement durable et la responsabilité sociale des entreprises. Parmi les sujets traités dans le cadre de ce réseau, celui des politiques de non-discrimination et de promotion de la diversité occupe une place importante

    • Catherine Tripon, directrice de la diversité de la Fondation Agir contre l’exclusion (FACE)

      Catherine Tripon est directrice du développement, de la RSE et de la diversité au sein de la Fondation Agir contre l’exclusion (FACE). Anciennement directrice générale adjointe de l’ANDRH après un parcours dans le privé, elle multiplie les engagements associatifs sur les questions de diversité et de discriminations (L’Autre Cercle, Arborus, ECVF, RAVAD, TOLEDE). Ancienne conseillère régionale, elle fut membre du Comité consultatif de la HALDE jusqu’à sa transformation. Elle a coordonné deux ouvrages : un Livre blanc Contribution à la lutte contre les discriminations pour orientation et identité sexuelle dans le monde du travail (2003) et Diversité et travail, n’a-t-on rien oublié ? (2008).

  • Le comité d’orientation

    Abdel Aïssou, directeur général délégué du groupe Randstad France
    Jérôme Ballarin, président de l’Observatoire de la parentalité en entreprise
    Christian Baudelot, sociologue
    Valence Borgia, avocate
    Marie-Line Brugidou, syndicaliste
    Pascal Charvet, directeur de l’ONISEP
    Hippolyte d’Albis, économiste
    Mercedes Erra, présidente de BETC Euro RSCG
    Marie-Laure Fagès, politologue
    Jeanne Fagnani, sociologue
    Eric Fassin, sociologue
    Sylvie Fofana, présidente de l’Association des nounous d’Île de France
    Geneviève Fraisse, philosophe et historienne
    Sylviane Giampino, psychanalyste et psychologue
    Brigitte Grésy, experte en égalité professionnelle
    Françoise Héritier, anthropologue
    Maryse Huet, économiste, vice-présidente d’Arborus
    Caroline Ibos, sociologue
    Laurence Laigo, syndicaliste
    Marie-Thérèse Lanquetin, juriste
    Jacqueline Laufer, sociologue
    Margaret Maruani, sociologue
    Françoise Milewski, économiste
    Michel Miné, juriste
    Janine Mossuz-Lavau, politologue
    Béatrice Ouin, CFDT, membre du Conseil économique et social européen
    Valérie Petit, experte en leadership
    Nina Schmidt, experte stéréotypes, jeunesse, éducation
    Rachel Silvera, économiste
    Mariette Sineau, politologue
    Jean-Charles Tillet, expert égalité femmes-hommes et éducation
    Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste
    Catherine Vidal, neurobiologiste
    Françoise Vouillot, psychologue spécialiste de l’orientation

  • L’équipe

    • L’équipe permanente

      Marie Fromont, coordinatrice
      marie.fromont@laboratoiredelegalite.org
      01 57 27 52 39 / 07 86 80 22 87

    • Les collaborateur-trices bénévoles

      Annie Batlle
      Partenariats, Contenus, Co-direction de la collection "Égale à égal" du Laboratoire de l’égalité en partenariat avec les éditions Belin

      Marie-Gabrielle Campana
      Assistance juridique

      Christine Guillemault
      Contenus, événementiel

  • Le réseau

    Le Laboratoire de l’égalité s’appuie sur un réseau de plus de 1100 personnes, œuvrant pour l’égalité entre les femmes et les hommes et la justice sociale, parmi lesquelles des représentant-es des associations et réseaux ci-dessous, mais aussi des personnalités issues des entreprises, des syndicats, de la fonction publique, des médias, de la culture...

  • Les partenaires

    Pour poursuivre ses objectifs et mener à bien son programme d’action, le Laboratoire s’appuie sur des financements d’entreprises partenaires, qui se sont donné des objectifs chiffrés de progression en matière d’égalité femmes-hommes.
    Vous souhaitez devenir partenaire ? Téléchargez ce dossier et contactez-nous !

    PARTENAIRE ENQUÊTES ET COMMUNICATION

    Mediaprism
    http://www.mediaprismgroup.fr/

    PARTENAIRES INSTITUTIONNELS POUR LE LABORATOIRE DES STEREOTYPES

    PARTENAIRES CAMPAGNE

    Gang films
    Théâtre du Rond-Point / Phiapa-line / La Fonderie
    RATP / Metrobus / JCDecaux / La Poste / Mediapost
    Mediavision / Direct 8 / France Télévisions / La Chaîne parlementaire / MCM / SNPTV / Stylia / TF1 / TV5 Monde
    Aufeminin.com / DailyMotion / Météo France / Orange
    20 Minutes / Alternatives économiques / Causette / Courrier international / GQ / Immoweek / Le Figaro / Les Inrocks / Le Monde / L’Equipe / L’Express / Le Nouvel Observateur / Les Nouvelles News / Libération / Marie Claire / Politis / Psychologies.com / Télérama

  • Rapports d’activité

    • Rapport d’activité 2010

      2010 est l’année de création du Laboratoire de l’égalité.
      Au cours de l’année, le réseau se développe, passant de 250 à 450 personnalités qualifiées, et les adhésions sont ouvertes.
      Le Laboratoire de l’égalité prend position notamment sur le congé parental et sur les conséquences pour les femmes du projet de réforme des retraites.
      En fin d’année est exprimé le souhait de s’investir dans la campagne pour l’élection présidentielle de 2012, et de proposer aux candidat-es des mesures concrètes sur l’égalité femmes-hommes.
      Télécharger le rapport d’activité 2010

    • Rapport d’activité 2011

      L’année 2011 est une année charnière pour le Laboratoire de l’égalité : devenu très vite un acteur légitime et expert de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, il se mobilise sur les questions touchant à l’activité des femmes (salaires, équilibre vie personnelle/vie professionnelle, rythmes scolaires, dépendance, culture, stéréotypes, parité...), renforce son budget en formalisant des partenariats avec les entreprises, et se structure en embauchant une salariée à mi-temps.
      Mais c’est la perspective des élections présidentielle et législatives de 2012 qui oriente une partie de la stratégie du Laboratoire de l’égalité. Dès la fin 2010, l’idée est lancée de profiter de ce contexte électoral pour faire émerger dans le débat la question de l’égalité femmes-hommes. À cette fin, il est décidé de rédiger un pacte formulant des propositions pour l’égalité entre les femmes et les hommes, et de le soumettre aux candidat-e-s à l’élection présidentielle.
      Une partie des actions menées par le Laboratoire de l’égalité en 2011 sera consacrée à l’élaboration des propositions et à la réflexion sur la communication à mener autour de ce pacte : tour de France, campagne de sensibilisation, presse, événementiel... L’ensemble du réseau est mobilisé, ainsi que l’équipe bénévole, les expert-e-s et bien sûr les membres du conseil d’administration et du comité d’orientation.

      Télécharger le rapport d’activité 2011

    • Rapport d’activité 2012

      2012 est l’année de la concrétisation : François Hollande (en tant que candidat à l’élection présidentielle) et Jean-Marc Ayrault (en tant que maire de Nantes) signent le Pacte pour l’égalité. Ils forment un gouvernement paritaire en mai, comprenant un ministère des Droits des femmes. Une campagne de sensibilisation du grand public sur l’invisibilité des femmes dans l’entreprise (« Les femmes, on continue de s’assoir dessus ou on change pour de bon ? ») est lancée sous la forme d’un film, d’affiches et d’encarts presse. Elle est largement diffusée à titre gracieux par de très nombreux medias et reconnue pour traiter de l’égalité professionnelle sur un ton percutant et humoristique. Les actions de lobbying auprès des décideurs publics et économiques se développent afin de pousser les propositions du Pacte, un club des partenaires est créé et le Laboratoire de l’égalité élargit son champ d’intervention au-delà des grandes entreprises : professions libérales, employé-es des services à domicile, fonction publique, entrepreneuriat féminin...

      Télécharger le rapport d’activité 2012

    • Rapport d’activité 2013

      2013 est l’année de la diversification des méthodes d’intervention : Le Laboratoire de l’égalité est reconnu comme acteur majeur de la promotion d’une culture de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Il a également su montrer sa capacité de rassemblement et de mobilisation de l’expertise d’un réseau très large constitué de professionnels, femmes et hommes issu-es de différentes sphères de la société.

      Fort de cette expertise et gardant son rôle d’éclaireur du changement sociétal, le Laboratoire de l’égalité développe ainsi un travail de fond sur différents sujets peu relayés par les pouvoirs publics et privés ou non abordés sous le prisme de l’égalité. Conscient que les stéréotypes constituent un frein important à la construction d’une culture commune de l’égalité, le Laboratoire de l’égalité lance à la fin de l’année 2012 son Laboratoire des stéréotypes afin de rendre visible l’invisible, de changer les représentations sur les rôles des femmes et des hommes dans le monde de l’éducation, du travail et des médias et ainsi d’ouvrir le champ des possibles aux filles et aux garçons, aux femmes et aux hommes. Des travaux sont également menés sur d’autres sujets comme la place des femmes dans la culture ou l’impact de la réforme des rythmes scolaires sur l’articulation vie professionnelle/familiale des parents, notamment sur le travail des femmes.

      Afin de sensibiliser largement les français-es aux questions de l’égalité professionnelle et de proposer des solutions concrètes pour remédier aux inégalités qui persistent, le Laboratoire de l’égalité développe différents formats de rencontres adaptés à chacune et à chacun, c’est-à-dire, aux professionnels publics et privés de l’égalité, à un public sensibilisé aux questions de l’égalité mais désireux de pousser la thématique plus loin et à un public souhaitant obtenir des informations claires et accessibles sur les rouages des inégalités. C’est ainsi que sont organisés en 2013, les Etats généraux de l’égalité, un colloque sur la réforme des rythmes scolaires et l’égalité, un dîner-débat à l’Assemblée nationale, une rencontre au Grand Orient de France, une journée de conférences et différentes animations dans le cadre du Salon de l’éducation consacré à l’égalité femmes-hommes et aux stéréotypes. Le Laboratoire de l’égalité lance également en 2013 les bases d’une collection de livres pédagogiques sur l’égalité professionnelle femmes-hommes.

      Télécharger le rapport d’activité 2013

  • Contact

    Laboratoire de l’égalité
    Les Grands Moulins
    5 rue Thomas Mann
    Case 7096
    75205 Paris cedex 13

    Marie Fromont, coordinatrice
    marie.fromont@laboratoiredelegalite.org
    01 57 27 52 39 / 07 86 80 22 87

Plan du site